Riche d’une dualité programmatique, entre lieux de spectacles et espaces collectifs, la Fondation Onassis se dresse comme un monolithe de marbre finement ajourée abritant un cœur opaque support de création artistique.

Le Centre Culturel de la Fondation Onassis s’implante sur une parcelle rectangulaire en plein cœur d’Athènes, bordée par quatre rues dont l’Avenue Sygrou. Le site est surplombé par une colline et l’édifice absorbe une pente due à la différence de niveaux des avenues qui l’entourent. Le bâtiment abrite un opéra-théâtre de 1000 places, un auditorium-salle de conférence-cinéma de 200 places, un amphithéâtre en plein air de 200 places, une bibliothèque, un restaurant et une salle d’exposition.

L’organisation se structure autour de deux types d’activités, à la fois artistiques au moyen des espaces de performances, et urbaines, grâce à un vaste réseau de galeries d’expositions et de services. Les fonctions artistiques nécessitent une batterie d’outils performants en termes d’acoustique, capables d’accueillir opéras, concert et pièces de théâtre. Les programmes à usages plus urbains sont quant à eux faciles d’accès depuis la rue, et la ville. Le Centre Culturel s’implante sur l’entière surface et selon le gabarit maximal de la parcelle. La forme monolithique est soulignée par une paroi de marbre à l’apparence aveugle finement ajourée par des lignes horizontales. Cette peau s’enroule autour des quatre façades du bâtiment. Elle filtre la relation entre le bâtiment et la ville conférant à l’ensemble une forme forte capable de s’affirmer auprès des masses bâties environnantes. La Fondation est délibérément ouverte sur la ville et exprime sa dualité programmatique. Son architecture affirme une simplicité formelle propre à la culture grecque : le cœur du bâtiment est une coque opaque, entourée d’espaces publics gravitant jusqu’au toit. La façade active est une scène urbaine servant d’interface entre les activités artistiques et les flux de la métropole. Pensée comme une boite à bijou, elle protège également le centre de l’édifice des interférences urbaines.

Riche d’une dualité programmatique, entre lieux de spectacles et espaces collectifs, la Fondation Onassis se dresse comme un monolithe de marbre finement ajourée abritant un cœur opaque support de création artistique.

Le Centre Culturel de la Fondation Onassis s’implante sur une parcelle rectangulaire en plein cœur d’Athènes, bordée par quatre rues dont l’Avenue Sygrou. Le site est surplombé par une colline et l’édifice absorbe une pente due à la différence de niveaux des avenues qui l’entourent. Le bâtiment abrite un opéra-théâtre de 1000 places, un auditorium-salle de conférence-cinéma de 200 places, un amphithéâtre en plein air de 200 places, une bibliothèque, un restaurant et une salle d’exposition.

L’organisation se structure autour de deux types d’activités, à la fois artistiques au moyen des espaces de performances, et urbaines, grâce à un vaste réseau de galeries d’expositions et de services. Les fonctions artistiques nécessitent une batterie d’outils performants en termes d’acoustique, capables d’accueillir opéras, concert et pièces de théâtre. Les programmes à usages plus urbains sont quant à eux faciles d’accès depuis la rue, et la ville. Le Centre Culturel s’implante sur l’entière surface et selon le gabarit maximal de la parcelle. La forme monolithique est soulignée par une paroi de marbre à l’apparence aveugle finement ajourée par des lignes horizontales. Cette peau s’enroule autour des quatre façades du bâtiment. Elle filtre la relation entre le bâtiment et la ville conférant à l’ensemble une forme forte capable de s’affirmer auprès des masses bâties environnantes. La Fondation est délibérément ouverte sur la ville et exprime sa dualité programmatique. Son architecture affirme une simplicité formelle propre à la culture grecque : le cœur du bâtiment est une coque opaque, entourée d’espaces publics gravitant jusqu’au toit. La façade active est une scène urbaine servant d’interface entre les activités artistiques et les flux de la métropole. Pensée comme une boite à bijou, elle protège également le centre de l’édifice des interférences urbaines.

Client :

Alexander S. Onassis Foundation, Ariona S.A, TENSOR S.A, TENSOR S.A (maître d'ouvrage délégué)

Equipe :

architecturestudio (mandataire), Aeter, OMETE SA, Seismomonosis SA, LDK, Choulet, Arcora, Théâtre Project Consultants, XU Acoustique

Programme :

Théâtre, Opéra, Fondation de Lettres et de Beaux-Arts

Surface :

20 000 m²

Statut :

Livré en 2011