Dans la commune de Marcory, le projet de résidence hôtelière s’inspire des modénatures des moucharabiehs caractéristiques des édifices anciennement implantés sur le site et s’érige comme une nouvelle icone contemporaine pour la capitale ivoirienne.

Au cœur d’Abidjan, le projet s’implante sur une parcelle occupée historiquement par un atelier de couture désormais désaffecté, dans la commune de Marcory. Le site de l’opération bénéficie d’une situation stratégique et d’une forte visibilité par sa localisation le long du boulevard VGE, axe principal de la ville qui relie l’aéroport au quartier d’affaires du Plateau. Il porte encore les traces de son histoire, présentant une succession de petits pavillons blancs abandonnés dotés de moucharabiehs, de part et d’autre d’une allée centrale majestueuse.

Le projet vise à ouvrir le site sur son quartier grâce à la construction d’une résidence d’appart-hôtel de 157 chambres. Il relie une ambiance urbaine, intense, dynamique, connectée à l’Est, à une ambiance apaisée, végétalisée, et mixte (présence de commerces, services, restaurants) à l’Ouest. Le rez-de-chaussée abrite les services collectifs de l’hôtel et les appartements se développent sur les six étages supérieurs. Une vaste toiture-terrasse entièrement végétalisée s’offre comme un belvédère commun à tous les résidents.
L’édifice se développe sur deux ailes transversales, reliées par un fin bâtiment central. L’ensemble enveloppe un cœur d’ilot végétalisé au centre duquel une piscine s’offre au client. Il se décolle légèrement des limites parcellaires afin d’offrir une perspective entre le boulevard VGE et la rue Louis Lumière, comprenant un recul nécessaire par rapport à la voie rapide qui dégage un espace tampon d’accueil pour les visiteurs. Entre l’abstractionnisme africain et la réinterprétation des aménités du site, le bâtiment s’érige comme un grand quadrillage tridimensionnel formé par la succession d’espaces extérieurs et de panneaux brise-soleil. Les façades sont en effet rythmées par de grandes baies vitrées s’ouvrant sur des balcons et loggias et sont protégées par une peau minérale poreuse. Cette protection réinvente la modénature des moucharabieh anciennement présents sur ce site. Dans une architecture résolument contemporaine, le bâtiment s’insère harmonieusement à son contexte et constitue une nouvelle icone pour la capitale ivoirienne, entre tradition, confort et modernité.

Dans la commune de Marcory, le projet de résidence hôtelière s’inspire des modénatures des moucharabiehs caractéristiques des édifices anciennement implantés sur le site et s’érige comme une nouvelle icone contemporaine pour la capitale ivoirienne.

Au cœur d’Abidjan, le projet s’implante sur une parcelle occupée historiquement par un atelier de couture désormais désaffecté, dans la commune de Marcory. Le site de l’opération bénéficie d’une situation stratégique et d’une forte visibilité par sa localisation le long du boulevard VGE, axe principal de la ville qui relie l’aéroport au quartier d’affaires du Plateau. Il porte encore les traces de son histoire, présentant une succession de petits pavillons blancs abandonnés dotés de moucharabiehs, de part et d’autre d’une allée centrale majestueuse.

Le projet vise à ouvrir le site sur son quartier grâce à la construction d’une résidence d’appart-hôtel de 157 chambres. Il relie une ambiance urbaine, intense, dynamique, connectée à l’Est, à une ambiance apaisée, végétalisée, et mixte (présence de commerces, services, restaurants) à l’Ouest. Le rez-de-chaussée abrite les services collectifs de l’hôtel et les appartements se développent sur les six étages supérieurs. Une vaste toiture-terrasse entièrement végétalisée s’offre comme un belvédère commun à tous les résidents.
L’édifice se développe sur deux ailes transversales, reliées par un fin bâtiment central. L’ensemble enveloppe un cœur d’ilot végétalisé au centre duquel une piscine s’offre au client. Il se décolle légèrement des limites parcellaires afin d’offrir une perspective entre le boulevard VGE et la rue Louis Lumière, comprenant un recul nécessaire par rapport à la voie rapide qui dégage un espace tampon d’accueil pour les visiteurs. Entre l’abstractionnisme africain et la réinterprétation des aménités du site, le bâtiment s’érige comme un grand quadrillage tridimensionnel formé par la succession d’espaces extérieurs et de panneaux brise-soleil. Les façades sont en effet rythmées par de grandes baies vitrées s’ouvrant sur des balcons et loggias et sont protégées par une peau minérale poreuse. Cette protection réinvente la modénature des moucharabieh anciennement présents sur ce site. Dans une architecture résolument contemporaine, le bâtiment s’insère harmonieusement à son contexte et constitue une nouvelle icone pour la capitale ivoirienne, entre tradition, confort et modernité.

Client :

ELYTIS

Equipe :

Architecturestudio, Bet Louis Choulet, Cicop-Ci, Éco-Cités

Programme :

Housing, Hotels, Leisure, Tourism

Surface :

8,000 m²