La clinique Aloïse Corbaz, service psychiatrique du Centre Hospitalier d’Arras, fait usage d’une géométrie particulière qui formalise les valeurs d’ouverture et de protection nécessaire au suivi psychiatrique.

L’architecture de la clinique Aloïse Cobraz œuvre à changer l’image de l’hopital psychiatrique par son intégration harmonieuse dans le site de l'Hôpital d’Arras et le parc qui l’entoure. Le bâtiment comprend trois unités polyvalentes de jour et de nuit (unité fermée, unité d’accueil, unité de soins intensifs), un centre de consultation, des locaux d’activités, des locaux administratifs et une cafétéria.

La conception du bâtiment traduit les orientations médicales. Elle a pour particularité de subdiviser les différentes unités de soins en deux parties diurnes et nocturnes afin de réapprendre aux patients le rythme nycthéméral et les repères humains, sociaux et temporels. Côté nuit, les chambres s’organisent derrière une enveloppe protectrice, légèrement incurvée en réponse à la configuration du site. Côté jour, le bâtiment devient perméable à son environnement, baigné par la lumière naturelle. Il se tourne vers le parc de l’hôpital et se prolonge par des rubans paysagers.
L’hôpital psychiatrique est ainsi un lieu de transition et de passage qui s’ouvre à son environnement en assurant une protection à l’ensemble des patients. La clinique s’implante le long de la courbe du boulevard urbain et reprend cette géométrie dans l’ensemble de sa morphologie. Le bâtiment offre aux patients et au personnel soignant des perceptions variées et renouvelées. L’ondulation des toitures lui confère un aspect ludique et élégant, dont les courbes mènent progressivement vers le ciel ou les espaces végétalisés.
Conçu comme une promenade ponctuée de multiples stations (la cafétéria, les salons, les salles d’activités, les halls, les jardins), le bâtiment favorise la relation du patient au monde extérieur, au mouvement et à l’événement, pour lui donner envie de sortir de sa chambre et de rompre, ainsi, la spirale de l’enfermement. En complément, de nombreux jardins traversent le bâtiment et invitent la nature au cœur du processus de soins.

La clinique Aloïse Corbaz, service psychiatrique du Centre Hospitalier d’Arras, fait usage d’une géométrie particulière qui formalise les valeurs d’ouverture et de protection nécessaire au suivi psychiatrique.

L’architecture de la clinique Aloïse Cobraz œuvre à changer l’image de l’hopital psychiatrique par son intégration harmonieuse dans le site de l'Hôpital d’Arras et le parc qui l’entoure. Le bâtiment comprend trois unités polyvalentes de jour et de nuit (unité fermée, unité d’accueil, unité de soins intensifs), un centre de consultation, des locaux d’activités, des locaux administratifs et une cafétéria.

La conception du bâtiment traduit les orientations médicales. Elle a pour particularité de subdiviser les différentes unités de soins en deux parties diurnes et nocturnes afin de réapprendre aux patients le rythme nycthéméral et les repères humains, sociaux et temporels. Côté nuit, les chambres s’organisent derrière une enveloppe protectrice, légèrement incurvée en réponse à la configuration du site. Côté jour, le bâtiment devient perméable à son environnement, baigné par la lumière naturelle. Il se tourne vers le parc de l’hôpital et se prolonge par des rubans paysagers.
L’hôpital psychiatrique est ainsi un lieu de transition et de passage qui s’ouvre à son environnement en assurant une protection à l’ensemble des patients. La clinique s’implante le long de la courbe du boulevard urbain et reprend cette géométrie dans l’ensemble de sa morphologie. Le bâtiment offre aux patients et au personnel soignant des perceptions variées et renouvelées. L’ondulation des toitures lui confère un aspect ludique et élégant, dont les courbes mènent progressivement vers le ciel ou les espaces végétalisés.
Conçu comme une promenade ponctuée de multiples stations (la cafétéria, les salons, les salles d’activités, les halls, les jardins), le bâtiment favorise la relation du patient au monde extérieur, au mouvement et à l’événement, pour lui donner envie de sortir de sa chambre et de rompre, ainsi, la spirale de l’enfermement. En complément, de nombreux jardins traversent le bâtiment et invitent la nature au cœur du processus de soins.

Client :

Centre Hospitalier d'Arras

Equipe :

architecturestudio (mandataire), Euro Ingénieurie, AARTIL Gay Puig, AVA

Programme :

Hôpital, Service Psychiatrique, 107 lits

Surface :

7 400 m²

Coût :

8 300 000 €

Statut :

2004