Organisée comme une falaise ondulante autour d’un jardin central, la Clinique intersectorielle de Clamart place la nature au cœur du bâtiment et du processus d’accompagnement des soins psychiatriques.

Le bâtiment de la Clinique intersectorielle de Clamart est implanté sur un ilot triangulaire bordé par des avenues structurantes. Bien que la clinique soit un pôle du Groupe hospitalier Paul Guiraud (GHPG) de Villejuif, elle se détache du campus et s’insère dans un tissu urbain typique des communes de la banlieue parisienne. Le projet a ainsi vocation à intégrer à la cité l’espace destiné à soigner les patients atteints de troubles psychiatriques.

Tout en assurant des conditions d’accueil optimales pour tous, la clinique doit renouveler l’image de la psychiatrie, en accord avec les grandes évolutions des thérapies, et proposer une nouvelle synergie entre la ville et les établissements de soins psychiatriques. Le bâtiment se présente sous la forme de deux ailes parallèles implantées de part et d’autre d’un jardin central et reliées entre elles par deux pavillons. Cette disposition donne l’organisation générale de la clinique qui accueille dans l’aile principale les unités d’hospitalisation. Les bureaux de l’administration sont implantés dans la petite aile. Les deux pavillons centraux forment des signaux d’accueil et de drainage vers chacun des départements. Cette conception permet d’irriguer le bâtiment de lumière naturelle, de donner des « jours » de référence à toutes les circulations et de faire bénéficier les locaux de plusieurs orientations.
Le retrait du bâtiment le long de l’Avenue de Trébignaud dégage une coulée verte depuis laquelle l’aile principale surgit comme une falaise ondulée, faisant échos aux mouvements topographiques. Les ondulations permettent d’accueillir des terrasses et des espaces semi-extérieurs tournés vers la végétation. Les deux façades donnant sur l’extérieur dessinent une sinusoïde en terre cuite, à l’image d’une écharpe enveloppant la clinique. Au cœur du bâtiment, les deux façades parallèles coupent nettement l’élan de ces courbes, et sont traitées en panneaux de résine de bois. Les pavillons sont pensés comme des sculptures de rochers en suspension dans le ruban végétal constitué de pièces thérapeutiques. Ces différentes ambiances végétales constituent un support à la guérison s’appuyant sur la perception du temps au rythmes des différentes saisons. Ce projet offre l’opportunité de montrer que les établissements de soin psychiatriques peuvent constituer une passerelle entre un isolement thérapeutique et une ouverture au monde.

Client :

Paul Guiraud Public Health Establishment

Equipe :

Architecturestudio, Arcoba, Eco Cités, Babylone, Acoustique Vivié & Associés

Programme :

Clinic

Surface :

10,600 m²

Coût :

20,000,000 €

Statut :

2012