L’extension de l’école Novancia marque le lien entre un bâtiment historique de 1908 et l’innovation d’un édifice aux allures cinétiques surprenantes. Loin de s’opposer, patrimoine et contemporanéité se renforcent mutuellement et suggèrent l’idée d’évolution dans leur juxtaposition, tout en affirmant la modernité d’une école de renommée internationale.

Dans le XVème arrondissement de Paris, à proximité du musée Bourdelle et au pied de la Tour Montparnasse, l’école de commerce Novancia s’insère dans un contexte urbain en mutation. Le site de projet comprend un bâtiment à démolir des années 50 et un bâtiment remarquable construit en briques claires datant de 1908, date d’ouverture de l’école. Le bâtiment démoli est remplacé par un édifice contemporain dont l’écriture architecturale est pensée pour révéler le caractère patrimonial de l’édifice voisin.

Cette extension comprend trois amphithéâtres, un auditorium de 300 places, un plateau de tournage, des espaces de restauration et des bureaux. Sa morphologie s’inscrit dans un gabarit haussmannien tout en ouvrant considérablement l’îlot sur l’espace urbain. Il sert d’écrin à l’édifice d’origine et se déroule comme un ruban coloré en enveloppant tous les volumes créés. Il s’ouvre avec une courbe sur une cour arborée qui se prolonge par un joint creux entre les deux bâtiments. L’atrium ainsi créé est un lieu de rencontres où tous les chemins et les regards se croisent.
La préservation du bâtiment historique concourt à sa mise en valeur par la conservation des toitures, de la structure, des menuiseries et des planchers existants. Les briques en façades sont nettoyées et retrouvent leur couleur d’origine. En contraste avec ce caractère statique, le nouvel édifice est recouvert d’une enveloppe cinétique. Le dessin des modules de façades, allant du jaune au rouge en passant par le orange, met en mouvement le bâtiment et propose des perspectives sans cesse différentes. La dominante verticale de ces modules renforce l’élan du bâtiment vers le ciel et son inscription dans la modernité.
La stratégie d’efficacité énergétique déployée est basée sur l’intégration de dispositifs favorables à l’atteinte du confort des utilisateurs de manière passive dans le respect d’une démarche de Haute Qualité Environnementale. Les brise-soleils orientables en verre feuilleté régulent les apports solaires et lumineux. Leur calepinage génère délibérément un tissu d’aspect aléatoire et homogène, abstrait et unitaire, où la couleur est traitée comme matière.

L’extension de l’école Novancia marque le lien entre un bâtiment historique de 1908 et l’innovation d’un édifice aux allures cinétiques surprenantes. Loin de s’opposer, patrimoine et contemporanéité se renforcent mutuellement et suggèrent l’idée d’évolution dans leur juxtaposition, tout en affirmant la modernité d’une école de renommée internationale.

Dans le XVème arrondissement de Paris, à proximité du musée Bourdelle et au pied de la Tour Montparnasse, l’école de commerce Novancia s’insère dans un contexte urbain en mutation. Le site de projet comprend un bâtiment à démolir des années 50 et un bâtiment remarquable construit en briques claires datant de 1908, date d’ouverture de l’école. Le bâtiment démoli est remplacé par un édifice contemporain dont l’écriture architecturale est pensée pour révéler le caractère patrimonial de l’édifice voisin.

Cette extension comprend trois amphithéâtres, un auditorium de 300 places, un plateau de tournage, des espaces de restauration et des bureaux. Sa morphologie s’inscrit dans un gabarit haussmannien tout en ouvrant considérablement l’îlot sur l’espace urbain. Il sert d’écrin à l’édifice d’origine et se déroule comme un ruban coloré en enveloppant tous les volumes créés. Il s’ouvre avec une courbe sur une cour arborée qui se prolonge par un joint creux entre les deux bâtiments. L’atrium ainsi créé est un lieu de rencontres où tous les chemins et les regards se croisent.
La préservation du bâtiment historique concourt à sa mise en valeur par la conservation des toitures, de la structure, des menuiseries et des planchers existants. Les briques en façades sont nettoyées et retrouvent leur couleur d’origine. En contraste avec ce caractère statique, le nouvel édifice est recouvert d’une enveloppe cinétique. Le dessin des modules de façades, allant du jaune au rouge en passant par le orange, met en mouvement le bâtiment et propose des perspectives sans cesse différentes. La dominante verticale de ces modules renforce l’élan du bâtiment vers le ciel et son inscription dans la modernité.
La stratégie d’efficacité énergétique déployée est basée sur l’intégration de dispositifs favorables à l’atteinte du confort des utilisateurs de manière passive dans le respect d’une démarche de Haute Qualité Environnementale. Les brise-soleils orientables en verre feuilleté régulent les apports solaires et lumineux. Leur calepinage génère délibérément un tissu d’aspect aléatoire et homogène, abstrait et unitaire, où la couleur est traitée comme matière.

Client :

Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris

Equipe :

architecturestudio (mandataire), Icade, Acoustique Vivie & Associes, Eco-Cités, Icade Arcoba, ABACA, CEEF, Qualiconsult

Programme :

Enseignement supérieur, Réhabilitation

Surface :

18 000 m²

Coût :

33 450 000 €

Statut :

Livré en 2010

Label :

HQE