Au cœur d’un quartier en pleine mutation de Buenos Aires, l’immeuble de bureaux s’organise en bandes bâties et paysagères, et présente ainsi une grande flexibilité et une qualité d’usage remarquable dans un site pourtant contraint par les nuisances urbaines.

A quelques mètres de l’autoroute panaméricaine, le projet s’insère dans un tissu mixte généré par l’implantation de constructions industrielles dans la municipalité historiquement résidentielle de San Isidro. Il consolide le processus de développement urbain du quartier qui tend à reclasser ce secteur en remplaçant les usines et autres industries par des immeubles de bureaux et d’habitation.

Destiné à accueillir un vaste ensemble de bureaux, le projet suture le quartier et répond à la nuisance forte de l’autoroute à proximité par une architecture protectrice. L’ensemble s’installe en bordure extérieure des parcelles et poursuit un alignement urbain avec les gabarits voisins. Les bureaux se déploient en trois volumes parallèles, présentant des largeurs de plateaux optimisées pour une grande flexibilité. Entre les parallélogrammes, des bandes de paysage végétal pénètrent les espaces interstitiels et relient spatialement les deux parcelles.
Un grand confort d’usage est obtenu par l’alternance d’étages de bureaux, de halls en triple hauteur et de circulations éclairées par une lumière naturelle généreuse. Les escaliers monumentaux activent la vie intérieure du bâtiment et deviennent des espaces de rencontre et de partage. Les couloirs se terminent tous par des terrasses végétalisées et offrent ainsi des perspectives agréables et un environnement doux.
Les façades extérieures sont traitées avec de grands murs rideaux vitrés dont certains panneaux colorés confèrent à l’ensemble une esthétique dynamique et accueillante.
Dans une perspective écologique, le bâtiment propose la récupération des eaux de pluie dans les jardins et sur les toits, ainsi que la production d’énergie photovoltaïque in situ. Le projet répond ainsi au besoin de confort et d’accès à la nature dans un environnement pourtant dominé par l’automobile et le minéral.

Au cœur d’un quartier en pleine mutation de Buenos Aires, l’immeuble de bureaux s’organise en bandes bâties et paysagères, et présente ainsi une grande flexibilité et une qualité d’usage remarquable dans un site pourtant contraint par les nuisances urbaines.

A quelques mètres de l’autoroute panaméricaine, le projet s’insère dans un tissu mixte généré par l’implantation de constructions industrielles dans la municipalité historiquement résidentielle de San Isidro. Il consolide le processus de développement urbain du quartier qui tend à reclasser ce secteur en remplaçant les usines et autres industries par des immeubles de bureaux et d’habitation.

Destiné à accueillir un vaste ensemble de bureaux, le projet suture le quartier et répond à la nuisance forte de l’autoroute à proximité par une architecture protectrice. L’ensemble s’installe en bordure extérieure des parcelles et poursuit un alignement urbain avec les gabarits voisins. Les bureaux se déploient en trois volumes parallèles, présentant des largeurs de plateaux optimisées pour une grande flexibilité. Entre les parallélogrammes, des bandes de paysage végétal pénètrent les espaces interstitiels et relient spatialement les deux parcelles.
Un grand confort d’usage est obtenu par l’alternance d’étages de bureaux, de halls en triple hauteur et de circulations éclairées par une lumière naturelle généreuse. Les escaliers monumentaux activent la vie intérieure du bâtiment et deviennent des espaces de rencontre et de partage. Les couloirs se terminent tous par des terrasses végétalisées et offrent ainsi des perspectives agréables et un environnement doux.
Les façades extérieures sont traitées avec de grands murs rideaux vitrés dont certains panneaux colorés confèrent à l’ensemble une esthétique dynamique et accueillante.
Dans une perspective écologique, le bâtiment propose la récupération des eaux de pluie dans les jardins et sur les toits, ainsi que la production d’énergie photovoltaïque in situ. Le projet répond ainsi au besoin de confort et d’accès à la nature dans un environnement pourtant dominé par l’automobile et le minéral.

Client :

Jack Green

Equipe :

architecturestudio (mandataire), FJA, Alberto Hugo Fainstein y Asociados (AHFSA)

Programme :

Bureaux

Surface :

16 000 m²

Statut :

2016

Label :

Leed Platinium