Implanter un pôle universitaire sur le Môle de l’Ile de la Citadelle, c’est écrire sur le passé une histoire en devenir. Icone de la reconquête du port de Dunkerque, il marque la reconversion d’un quartier industriel en haut lieu de l’enseignement.

L’université de la Citadelle prend place de manière active dans le paysage industriel du Môle de l’Ile de la Citadelle de Dunkerque. Le terrain comportait un ancien entrepôt des tabacs, emblématique de l’imagerie portuaire et de l’histoire du lieu dont une partie a été conservée. Les planchers de l’entrepôt ont été détruits révélant la structure bois et le volume existants ; l’espace ainsi créé a été offert aux activités culturelles de l’université et de la ville.

En prise sur la magnifique géographie industrielle d’un port où briques et fer dominent, l’université se rapproche du grand plan d’eau qui l’entoure en soulevant une vague d’aluminium. Cette proximité accrue consone avec une école des métiers scientifiques liés à l’économie de la mer : biochimie et recherches énergétiques. Tous les enjeux du projet se ramènent à une réactualisation de l’existant. La brique est représentée par un béton de fibres teinté. Le pôle universitaire regroupe plusieurs unités d’enseignement technique et commercial. L’accès à l’université prolonge une rue existante. Le toit d’aluminium fait d’un capotage lisse et unitaire, changeant de gris sous les nuances du ciel, s’infléchit jusqu’à la rue, côté ville, et recouvre certains bâtiments existants. Côté port, la façade reprend l’alignement et le gabarit du contexte. Le bardage d’éléments industrialisés couleur brique fait échos à l’esthétique industrielle du site. Ce projet s’est construit en trois phases, sur une durée de plus de dix ans avec des entreprises différentes. Pourtant, l’unité reste et la force initiale du bâtiment n’est pas altérée.

Implanter un pôle universitaire sur le Môle de l’Ile de la Citadelle, c’est écrire sur le passé une histoire en devenir. Icone de la reconquête du port de Dunkerque, il marque la reconversion d’un quartier industriel en haut lieu de l’enseignement.

L’université de la Citadelle prend place de manière active dans le paysage industriel du Môle de l’Ile de la Citadelle de Dunkerque. Le terrain comportait un ancien entrepôt des tabacs, emblématique de l’imagerie portuaire et de l’histoire du lieu dont une partie a été conservée. Les planchers de l’entrepôt ont été détruits révélant la structure bois et le volume existants ; l’espace ainsi créé a été offert aux activités culturelles de l’université et de la ville.

En prise sur la magnifique géographie industrielle d’un port où briques et fer dominent, l’université se rapproche du grand plan d’eau qui l’entoure en soulevant une vague d’aluminium. Cette proximité accrue consone avec une école des métiers scientifiques liés à l’économie de la mer : biochimie et recherches énergétiques. Tous les enjeux du projet se ramènent à une réactualisation de l’existant. La brique est représentée par un béton de fibres teinté. Le pôle universitaire regroupe plusieurs unités d’enseignement technique et commercial. L’accès à l’université prolonge une rue existante. Le toit d’aluminium fait d’un capotage lisse et unitaire, changeant de gris sous les nuances du ciel, s’infléchit jusqu’à la rue, côté ville, et recouvre certains bâtiments existants. Côté port, la façade reprend l’alignement et le gabarit du contexte. Le bardage d’éléments industrialisés couleur brique fait échos à l’esthétique industrielle du site. Ce projet s’est construit en trois phases, sur une durée de plus de dix ans avec des entreprises différentes. Pourtant, l’unité reste et la force initiale du bâtiment n’est pas altérée.

Client :

Communauté urbaine de Dunkerque

Equipe :

architecturestudio (mandataire), Serete, O.T.H. Nord

Programme :

Enseignement supérieur

Surface :

15 000 m²

Coût :

10 000 000 €

Statut :

Livré en 1990-1998 (dernière tranche)