Park Avenue contribue à l’esthétique naturelle d’un nouvel éco-quartier et abrite dans deux bâtiments distincts des appartements ouverts sur les aménités du parc paysager à la lisière duquel il s’installe.

Le projet est implanté au coeur de la ZAC Port Marianne Parc Marianne. Le quartier poursuit l’urbanisation de Montpellier vers le sud-est et déploie un nouvel éco-quartier, conçu par architecturestudio, autour de plusieurs équipements publics structurants. Son développement se fait dans la continuité du tissu existant et irrigue le centre de la cité jusqu’au Parc Marianne.

L’opération est constituée d’un ensemble immobilier de 32 logements répartis dans deux plots en R+5, connectés en sous-sol par un parking commun. Les bâtiments sont conçus comme des cabanes dans la ville, au sud du Parc Charpak, le long de la Lironde, et sont desservis par la rue Andy Warhol.
La base des immeubles répond à la cohérence globale de la ZAC par un socle en béton abritant les espaces communs de chaque plot. Étant donné le caractère du site, avec la présence du parc et de la Lironde, les deux bâtiments doivent mettre en valeur les espaces verts et s’adapter à cet environnement naturel par des matériaux répondant à une certaine « sensibilisation environnementale ». Traitées de façon continue, les façades du corps principal sont en bois, et assure une insertion harmonieuse de l’édifice dans la ZAC. Les parois des niveaux supérieurs sont traitées en zinc, dont le contraste avec le bois participe à l’élan dynamique de l’édifice. Les retraits en R+1 et R+5 rompent la linéarité tout en offrant à chacun des niveaux une ceinture de balcons suspendus dans les airs. Le projet de « Park avenue » concilie rigueur et douceur dans un entrelacs de couleurs naturelles. Le gris du béton se mêle à la pierre sèche, le métal sombre s’agrippe à la peau de bois clair. Grâce aux différentes luminosités, le temps « s’imprime » sur les murs, créant tout au long des saisons, des sensations multiples et variées. Le doublage par l’extérieur, les panneaux solaires et le travail sur la lumière permettent d’aborder plus sereinement l’avenir énergétique de la ville. Park Avenue est un projet qui se préoccupe du cadre de vie, de l’espace et du temps. Il s’approprie les rêves et les transforme en réalité.

Park Avenue contribue à l’esthétique naturelle d’un nouvel éco-quartier et abrite dans deux bâtiments distincts des appartements ouverts sur les aménités du parc paysager à la lisière duquel il s’installe.

Le projet est implanté au coeur de la ZAC Port Marianne Parc Marianne. Le quartier poursuit l’urbanisation de Montpellier vers le sud-est et déploie un nouvel éco-quartier, conçu par architecturestudio, autour de plusieurs équipements publics structurants. Son développement se fait dans la continuité du tissu existant et irrigue le centre de la cité jusqu’au Parc Marianne.

L’opération est constituée d’un ensemble immobilier de 32 logements répartis dans deux plots en R+5, connectés en sous-sol par un parking commun. Les bâtiments sont conçus comme des cabanes dans la ville, au sud du Parc Charpak, le long de la Lironde, et sont desservis par la rue Andy Warhol.
La base des immeubles répond à la cohérence globale de la ZAC par un socle en béton abritant les espaces communs de chaque plot. Étant donné le caractère du site, avec la présence du parc et de la Lironde, les deux bâtiments doivent mettre en valeur les espaces verts et s’adapter à cet environnement naturel par des matériaux répondant à une certaine « sensibilisation environnementale ». Traitées de façon continue, les façades du corps principal sont en bois, et assure une insertion harmonieuse de l’édifice dans la ZAC. Les parois des niveaux supérieurs sont traitées en zinc, dont le contraste avec le bois participe à l’élan dynamique de l’édifice. Les retraits en R+1 et R+5 rompent la linéarité tout en offrant à chacun des niveaux une ceinture de balcons suspendus dans les airs. Le projet de « Park avenue » concilie rigueur et douceur dans un entrelacs de couleurs naturelles. Le gris du béton se mêle à la pierre sèche, le métal sombre s’agrippe à la peau de bois clair. Grâce aux différentes luminosités, le temps « s’imprime » sur les murs, créant tout au long des saisons, des sensations multiples et variées. Le doublage par l’extérieur, les panneaux solaires et le travail sur la lumière permettent d’aborder plus sereinement l’avenir énergétique de la ville. Park Avenue est un projet qui se préoccupe du cadre de vie, de l’espace et du temps. Il s’approprie les rêves et les transforme en réalité.

Client :

PRAGMA

Equipe :

architecturestudio (mandataire), PER Ingénierie, Louis Choulet

Programme :

Logements

Surface :

3 160 m²

Coût :

5 000 000 €

Statut :

Livré en 2010

Label :

Grand Prix Bleu Ciel d'EDF 2009