Le projet connexe accompagne l’arrivée de la Gare du Grand Paris Express de Créteil l’Échât et s’érige au-dessus comme une figure de proue structurante à l’échelle du quartier.

La ville de Créteil a été fortement marquée par la politique urbaine et de logements ambitieuse des années 1970. Le quartier de l’Échât tire son organisation structurelle des principes de la Charte d’Athènes dont sont aujourd’hui pointées les limites. Le projet connexe accompagne la construction de la gare du Grand Paris Express de Créteil l’Échât. Le site où il s’implante, entre les voies ferrées et la rue Gustave Eiffel, abrite à l’état initial un parking en surface sur une longueur de 250m. Le site pose la question du développement de programmes mixtes sur une parcelle contrainte par ses dimensions et soumise à diverses nuisances.

Comment répondre à cette condition par un travail sur les orientations, l’articulation des programmes et l’innovation typologique ? L’opération propose la création d’un nouveau socle aligné sur la rue qui s’inscrit dans une continuité des bâtiments existants alentours. Les programmes se développent dans quatre bâtiments distincts, mixant logements, logements étudiants et bureaux. L’ensemble architectural conforte et améliore la centralité existante, structurée autour de la station de la ligne 8 du métro parisien, des équipements environnants (l’hôpital public Henri Mondor, l’Université et le CROUS) et des activités et services présents (Conseil Général du Val de Marne, Inspection académique) et à venir (Projet urbain sur le foncier du CHU).
Les formes bâties triangulaires et les vides diagonaux permettent de générer des vues plus lointaines et proposent des continuités paysagères et végétales en prolongation des axes structurants à l’échelle du quartier alentour à venir. Sur le socle, des jardins typographiés offrent une diversité d’ambiances et de qualités. Le projet propose également d’orienter la façade du bâtiment signal en continuité de l’alignement de Mondor Sud. Celui-ci s’érige comme un phare pour la gare et pour l’ensemble du quartier. L’enveloppe dessine une variété de reflets variant selon la course du soleil. L’opération répond aux objectifs à la fois métropolitains d’accompagner la dynamique du Grand Paris et le développement économique francilien et cristolien mais aussi locaux dans l’amélioration de la qualité de vie des habitants actuels et futurs du quartier.

Le projet connexe accompagne l’arrivée de la Gare du Grand Paris Express de Créteil l’Échât et s’érige au-dessus comme une figure de proue structurante à l’échelle du quartier.

La ville de Créteil a été fortement marquée par la politique urbaine et de logements ambitieuse des années 1970. Le quartier de l’Échât tire son organisation structurelle des principes de la Charte d’Athènes dont sont aujourd’hui pointées les limites. Le projet connexe accompagne la construction de la gare du Grand Paris Express de Créteil l’Échât. Le site où il s’implante, entre les voies ferrées et la rue Gustave Eiffel, abrite à l’état initial un parking en surface sur une longueur de 250m. Le site pose la question du développement de programmes mixtes sur une parcelle contrainte par ses dimensions et soumise à diverses nuisances.

Comment répondre à cette condition par un travail sur les orientations, l’articulation des programmes et l’innovation typologique ? L’opération propose la création d’un nouveau socle aligné sur la rue qui s’inscrit dans une continuité des bâtiments existants alentours. Les programmes se développent dans quatre bâtiments distincts, mixant logements, logements étudiants et bureaux. L’ensemble architectural conforte et améliore la centralité existante, structurée autour de la station de la ligne 8 du métro parisien, des équipements environnants (l’hôpital public Henri Mondor, l’Université et le CROUS) et des activités et services présents (Conseil Général du Val de Marne, Inspection académique) et à venir (Projet urbain sur le foncier du CHU).
Les formes bâties triangulaires et les vides diagonaux permettent de générer des vues plus lointaines et proposent des continuités paysagères et végétales en prolongation des axes structurants à l’échelle du quartier alentour à venir. Sur le socle, des jardins typographiés offrent une diversité d’ambiances et de qualités. Le projet propose également d’orienter la façade du bâtiment signal en continuité de l’alignement de Mondor Sud. Celui-ci s’érige comme un phare pour la gare et pour l’ensemble du quartier. L’enveloppe dessine une variété de reflets variant selon la course du soleil. L’opération répond aux objectifs à la fois métropolitains d’accompagner la dynamique du Grand Paris et le développement économique francilien et cristolien mais aussi locaux dans l’amélioration de la qualité de vie des habitants actuels et futurs du quartier.

Client :

Société du Grand Paris

Equipe :

Altarea Cogedim (mandataire), architecturestudio, Terrel, les ENR, Lasa, CTH, BTP Consultants, c.e.e.f

Programme :

Projet connexe, logements, bureaux, résidence étudiante

Surface :

22 000 m²

Statut :

2014