Installé au-dessus du boulevard périphérique de Paris et à proximité de la ceinture verte qui le borde, le projet Ternes-Villiers s’organise comme un ilot de silence autour d’un vaste jardin central. La programmation mixte, destinée à recevoir des bureaux, des logements, et des services communs, est une source d’innovation représentative des modes de vie de demain.

Le projet mixte de Ternes-Villiers est une opération emblématique de la capitale s’implantant au-dessus du boulevard périphérique, au niveau de la Porte Maillot. L’extension des zones de couverture de ce boulevard et la densification de la ceinture verte qui le borde font partie des évolutions souhaitées par la Ville de Paris pour réduire ses impacts sur l’environnement et sur la santé. Au XIXème siècle, situé au-delà de l’enceinte de Thiers hors des limites de Paris, le site était le point de départ d’un vaste espace vert aux abords de la commune de Sablonville. Au Nord de l’avenue des Ternes, cette partie de la ville de Neuilly s’est construite progressivement dans une typologie de cité-jardin, disposant d’une densité de bâti plus faible organisée autour de vastes espaces végétalisés. C’est dans la recherche de cet équilibre historique entre paysage et ville que le projet puise ses fondations.

L’innovation de l’opération se trouve dans la diversité de la programmation et sa transposition spatiale respectueuses de l’écologie et de l’environnement. Le bâtiment prévoit de regrouper des bureaux, des logements et de multiples activités pour favoriser le bien-être et le partage, de la sphère familiale à la sphère professionnelle. Un vaste « espace des possibles » rassemble une crèche, une conciergerie, des espaces de restauration, une épicerie et un espace sportif, mis à disposition des employés de bureaux la journée et aux habitants des logements le soir et le week-end. En étages, un pôle tertiaire héberge des espaces de co-working, des bureaux de petites entreprises ou de professions libérales, et vise à devenir un haut lieu de l’innovation et de la création.
Le projet s’inscrit dans la continuité du tissu urbain parisien. A l’est, il s’aligne sur la hauteur de la chapelle Notre Dame de La Compassion, puis s’élève doucement en présentant un paysage de terrasses largement végétalisées. A l’ouest face au siège de Clarins, l’inclinaison de la façade permet d’améliorer le confort en termes de lumière naturelle et de vis-à-vis pour les usagers, de part et d’autre de la rue Gustave Charpentier. L’ensemble s’organise comme un ilot de silence enroulé autour d’un vaste jardin central, cœur stratégique et verdoyant du projet. Ce jardin s’ouvre sur la ville et suture l’imbrication de l’édifice au paysage végétal historique de la cité jardin et à celui en devenir de la ceinture verte.
Le projet présente une volumétrie simple, évitant toute démonstration formelle, et permet l’installation d’une biosphère à l’échelle du quartier, où les usagers interagissent avec la nature en tous points du bâtiment.

Installé au-dessus du boulevard périphérique de Paris et à proximité de la ceinture verte qui le borde, le projet Ternes-Villiers s’organise comme un ilot de silence autour d’un vaste jardin central. La programmation mixte, destinée à recevoir des bureaux, des logements, et des services communs, est une source d’innovation représentative des modes de vie de demain.

Le projet mixte de Ternes-Villiers est une opération emblématique de la capitale s’implantant au-dessus du boulevard périphérique, au niveau de la Porte Maillot. L’extension des zones de couverture de ce boulevard et la densification de la ceinture verte qui le borde font partie des évolutions souhaitées par la Ville de Paris pour réduire ses impacts sur l’environnement et sur la santé. Au XIXème siècle, situé au-delà de l’enceinte de Thiers hors des limites de Paris, le site était le point de départ d’un vaste espace vert aux abords de la commune de Sablonville. Au Nord de l’avenue des Ternes, cette partie de la ville de Neuilly s’est construite progressivement dans une typologie de cité-jardin, disposant d’une densité de bâti plus faible organisée autour de vastes espaces végétalisés. C’est dans la recherche de cet équilibre historique entre paysage et ville que le projet puise ses fondations.

L’innovation de l’opération se trouve dans la diversité de la programmation et sa transposition spatiale respectueuses de l’écologie et de l’environnement. Le bâtiment prévoit de regrouper des bureaux, des logements et de multiples activités pour favoriser le bien-être et le partage, de la sphère familiale à la sphère professionnelle. Un vaste « espace des possibles » rassemble une crèche, une conciergerie, des espaces de restauration, une épicerie et un espace sportif, mis à disposition des employés de bureaux la journée et aux habitants des logements le soir et le week-end. En étages, un pôle tertiaire héberge des espaces de co-working, des bureaux de petites entreprises ou de professions libérales, et vise à devenir un haut lieu de l’innovation et de la création.
Le projet s’inscrit dans la continuité du tissu urbain parisien. A l’est, il s’aligne sur la hauteur de la chapelle Notre Dame de La Compassion, puis s’élève doucement en présentant un paysage de terrasses largement végétalisées. A l’ouest face au siège de Clarins, l’inclinaison de la façade permet d’améliorer le confort en termes de lumière naturelle et de vis-à-vis pour les usagers, de part et d’autre de la rue Gustave Charpentier. L’ensemble s’organise comme un ilot de silence enroulé autour d’un vaste jardin central, cœur stratégique et verdoyant du projet. Ce jardin s’ouvre sur la ville et suture l’imbrication de l’édifice au paysage végétal historique de la cité jardin et à celui en devenir de la ceinture verte.
Le projet présente une volumétrie simple, évitant toute démonstration formelle, et permet l’installation d’une biosphère à l’échelle du quartier, où les usagers interagissent avec la nature en tous points du bâtiment.

Client :

Ville de Paris

Equipe :

Bouygues Immobilier et Unibail Rodamco (foncière), architecturestudio, Mars, 3XN, Anne Demians, Lateral Thinking Factory, Setec, Elioth, Egis

Programme :

Mixte, Bureaux, Logements, Étude urbaine

Surface :

80 000 m²

Statut :

2017