Le projet de restructuration de la Maison de la Radio propose de valoriser le caractère emblématique de l’architecture circulaire d’Henry Bernard. Le projet propose de réorganiser les espaces et fluidifier les parcours. Le rayonnement culturel de Radio France exprime la volonté d'ouverture au public.

La restructuration de la Maison de la Radio vise à préserver l’architecture du bâtiment d’origine d’Henry Bernard en proposant les transformations nécessaires pour donner à Radio France une meilleure valeur d’usage. Le projet a vocation à renforcer les qualités déjà attestées du bâtiment circulaire ancré dans les mémoires de tous comme le symbole de la Radio en France.

La réhabilitation en site occupé a pour objets la rénovation générale, la redistribution des grandes circulations, la création d’une agora publique, d’une rue intérieure (la « nef »), d’un auditorium de 1461 places et d’un parking enterré de 700 places, en plus du réaménagement des espaces et accès extérieurs. Le parvis d’accès principal sur l’Avenue Kennedy, s’élançant jusqu’à la Seine, revalorise le rapport de la Maison de la Radio au fleuve, tandis qu’un vaste jardin, à la fois parvis et parc public, a été dessiné du pied du bâtiment jusqu’à la rue Raynouard.
L’opération conserve les façades extérieures du bâtiment d’origine dans leur appréciation urbaine générale, et par là même le symbole qu’elles représentent, et s’attache à réunir les fonctions qu’elles contiennent. Une nouvelle agora se greffe à la tour originellement isolée au centre de l’édifice et la relie à la grande couronne au moyen d’une nef centrale et de quatre passerelles vitrées de 32 mètres de longueur au niveau du cinquième étage. Autrefois lieu des archives de Radio France, la tour est réaménagée en espaces de travail amples et spacieux grâce à la création de doubles hauteurs tous les deux niveaux, et conserve son rôle de totem dans la capitale. Les nouveaux studios de production et d’antenne s’orientent et s’ouvrent vers la ville, en périphérie extérieure de la grande couronne. Le fameux studio 104, d’une capacité de 840 places, est réhabilité en salle de concert polyvalente destinée à accueillir tous les types de musiques représentatifs de la programmation éclectique de Radio France. Le nouvel auditorium complète cette restructuration respectueuse de l’esprit du lieu et en fait un bâtiment destiné à l’usage de l’ensemble des Français.

Le projet de restructuration de la Maison de la Radio propose de valoriser le caractère emblématique de l’architecture circulaire d’Henry Bernard. Le projet propose de réorganiser les espaces et fluidifier les parcours. Le rayonnement culturel de Radio France exprime la volonté d'ouverture au public.

La restructuration de la Maison de la Radio vise à préserver l’architecture du bâtiment d’origine d’Henry Bernard en proposant les transformations nécessaires pour donner à Radio France une meilleure valeur d’usage. Le projet a vocation à renforcer les qualités déjà attestées du bâtiment circulaire ancré dans les mémoires de tous comme le symbole de la Radio en France.

La réhabilitation en site occupé a pour objets la rénovation générale, la redistribution des grandes circulations, la création d’une agora publique, d’une rue intérieure (la « nef »), d’un auditorium de 1461 places et d’un parking enterré de 700 places, en plus du réaménagement des espaces et accès extérieurs. Le parvis d’accès principal sur l’Avenue Kennedy, s’élançant jusqu’à la Seine, revalorise le rapport de la Maison de la Radio au fleuve, tandis qu’un vaste jardin, à la fois parvis et parc public, a été dessiné du pied du bâtiment jusqu’à la rue Raynouard.
L’opération conserve les façades extérieures du bâtiment d’origine dans leur appréciation urbaine générale, et par là même le symbole qu’elles représentent, et s’attache à réunir les fonctions qu’elles contiennent. Une nouvelle agora se greffe à la tour originellement isolée au centre de l’édifice et la relie à la grande couronne au moyen d’une nef centrale et de quatre passerelles vitrées de 32 mètres de longueur au niveau du cinquième étage. Autrefois lieu des archives de Radio France, la tour est réaménagée en espaces de travail amples et spacieux grâce à la création de doubles hauteurs tous les deux niveaux, et conserve son rôle de totem dans la capitale. Les nouveaux studios de production et d’antenne s’orientent et s’ouvrent vers la ville, en périphérie extérieure de la grande couronne. Le fameux studio 104, d’une capacité de 840 places, est réhabilité en salle de concert polyvalente destinée à accueillir tous les types de musiques représentatifs de la programmation éclectique de Radio France. Le nouvel auditorium complète cette restructuration respectueuse de l’esprit du lieu et en fait un bâtiment destiné à l’usage de l’ensemble des Français.

Client :

Radio France

Equipe :

architecturestudio (mandataire), Casso, Eco-Cités, Changement à Vue, Lamoureux, Nagata Acoustics, Nagata Acoustics, Tkdes, VTIC, Jacobs, Tess, Michel Desvigne, 8'18''

Programme :

Réhabilitation, Équipement, Bureaux

Surface :

110 000 m²

Coût :

270 000 000 €

Statut :

2018