La ville nouvelle de Yennenga au Burkina Faso s’inspire des traditions culturelles et vernaculaires de la région pour dessiner une cité prodigieuse et autonome marquée symboliquement par l’histoire de son peuple.

À 15 km au sud de Ouagadougou, le projet de ville nouvelle de Yennenga se déploie sur une vaste plaine balayée par un climat sahélien. Baptisée du nom d’une princesse burkinabé, la ville s’articule autour d’un centre symbolique, dessinant la forme de l’œil de cette héroïne, mère fondatrice d’un des plus grands peuples du Burkina Faso. La pupille du centre de la cité prend la forme d’une tour iconique, signal largement visible depuis l’ensemble de l’agglomération.

Forte de cette culture ancestrale, la ville nouvelle caractérisée par une effervescence culturelle accueille un centre des beaux-arts, différents lieux de culte, un centre de conférences, et un haras, en hommage à la tradition cavalière du pays et de la princesse Yennenga. Le projet respecte le territoire et s’adapte aux conditions climatiques de la région. Au Nord, les édifices les plus hauts diminuent l’impact de l’Harmattan, un vent sec chargé de poussière. Au Sud, une implantation plus parcimonieuse des habitations permet aux vents doux et humides de la mousson de rafraîchir la ville. Le dessin des créations architecturales contemporaines s’inspire de formes traditionnelles burkinabées.
Yennenga est conçue comme une ville écologique autonome qui produit son énergie et les matières nécessaires à son fonctionnement. La maîtrise des vents, associée à l’exploitation de l’énergie solaire et à la récupération d’eau, illustrent ce désir d’autonomie énergétique et sont les marqueurs d’une conception vertueuse. Le projet prévoit de nombreux aménagements paysagers qui préservent et densifient la strate arborée existante. Cette nouvelle trame végétale et le confort bioclimatique qu’engendrent les floraisons sont fondamentaux à une qualité de vie optimale. Les essences locales présentes sur le site sont complétées par une palette de sujets adaptés au climat d’Afrique de l’Ouest.

Client :

CGE Immobilier

Equipe :

architecturestudio, Arcade Architecture, Beckmann N’Thepé, Coldefy & Associés, Hardel + le Bihan architectes, B4 Design & Engineering, Philippe Niez Paysagistes

Programme :

Étude urbaine

Surface :

600 ha

Coût :

590 000 000 €

Statut :

2016